autocensure sur internet ? autocensure des journalistes en France ?


Analyses et exemples avec citations de la presse traditionnelle et internet.
Suivi de l'autocensure en France et dans le monde? depuis 2007.
En France les journalistes sont "naturellement" libres et indépendants mais ils croient souvent, parfois, nécessaire de s'autocensurer... 25 octobre 2012, ouverture du grand forum dédié à l'autocensure...


En démocratie aucune censure ne s'applique, normalement, théoriquement.
Ainsi les journalistes peuvent écrire sans demander l'autorisation au gouvernement : liberté de la presse. Une réponse à l'autocensure des installés : un webzine sans autocensure

En France, l'autocensure existe : des journalistes, des chroniqueurs, se taisent sur un sujet, en parlant fort sur des sujets anodins.

Peut-on ne pas s'autocensurer quand le patron est aussi un HOMME POLITIQUE ou quand LE PATRON est très lié aux politiques, AU POUVOIR ?
2012 : alors que le livre numérique est une chance,
pour les écrivains, les lectrices et lecteurs
Il semble de certains médias soient fermés aux écrivains indépendants...
5 débuts de romans offerts
Donc, les indépendants doivent faire preuve d'imagination... autocensure.net est là en relai...

Cinq romans non médiatisés : les débuts gratuits (plus 3 chroniques)
Obtenez cet ebook gratuit sur Amazon, Itunes...

présentation de la démarche
Et si vous aimez ces 5 romans, il existe un ebook promotionnel 5 ebooks en un : 9,99 euros. Cinq romans : info

Vous trouverez dans cet ebook Peut-être un roman autobiographique dans les bonnes ventes d'Amazon Kindle depuis 6 mois, malgré toute absence d'information dans les médias (classé "roman de l'année par 1euro99.fr, le portail des ebooks à 1 euro 99, fournissant les liens vers les librairies numériques)

Exemples : TF1, la chaîne de Martin Bouygues, ami de Nicolas Sarkozy, Arnaud Lagardère, plus qu'un ami, un "FRERE" (selon les propres termes de l'héritier d'un empire médias-commandes-publiques), pour Nicolas Sarkozy.
L'autocensure n'est pas née avec Nicolas Sarkozy :
Mazarine, la fille naturelle de François Mitterrand, était connue du microcosme...

Extrait d'une analyse de SYLVIE OBERSON, historienne (pour lenouvelliste.ch), intitulée "Les médias citoyens : pourquoi il faut y croire!" :
L'autocensure à laquelle se livrent les grands médias sous la pression des annonceurs et des actionnaires - selon le principe du : « qui paie commande » - représente paradoxalement une opportunité pour les « petits » éditeurs, ainsi que pour les citoyens qui souhaitent s'impliquer dans la vie publique. Une part significative de la «réalité» est en effet désertée par les conglomérats de presse pour des raisons politiques ou pour sacrifier aux exigences croissantes de rentabilité.

(...) Internet leur offre [aux indépendants] un outil de coordination efficace, que ce soit pour la distribution, par la mise en réseau et la vente en ligne des textes et des images, ou pour la récolte des contributions.
(...) Les blogs, dont le pouvoir est désormais reconnu et craint, font et défont les réputations des grands médias. (...) Dans notre société où la quête de sens est devenue générale et parfois vitale, la possibilité de s'engager par le biais des médias citoyens ouvre une porte sur l'avenir. Qui plus est, occasionnellement rentable.


En date du 10 décembre 2007

Analyse par nos chers médias : nouvelobs
Le site : contact (envoyez-nous vos réactions, vos trouvailles) - liens.



Ajouter votre avis sur notre autocensure

-COM1-- le 25 octobre 2012 à 10 : 28
par pierre : Malheureusement tout ceci semble encore exister en 2012 !


Pourquoi les médias ont censuré le CD SARKOZY ?
(ils regrettent ?)
autocensure, les médias en parlent, avouent rarement la pratiquer...


Quant aux organes de presse, ceux qui n'ont pas reçu d'instructions précises s'adonnent à une autocensure imposée par des années de pratique.
L'EXPRESS du 11 octobre 2007... au sujet de la Chine. Mais en France ?


Prince William : la presse britannique s'autocensure après un courroux royal
AFP LONDON - OCTOBRE 2007


Agence reuters le 10 octobre 2007 : la censure d'internet se renforce en Chine, selon RSF
La Chine a perfectionné et systématisé son système de surveillance et de censure d'internet, selon un rapport d'un expert chinois publié par Reporters sans Frontières et China Human Rights Defenders.
Avant 2005, les autorités de Pékin n'avaient pas véritablement organisé de système de contrôle d'internet, écrit l'expert... dont l'anonymat a été maintenu.
Maintenant, elles surveillent étroitement internet, font des rapports quotidiens et hebdomadaires aux dirigeants et ont recours à différentes tactiques pour contrôler le contenu des sites, dans un pays qui compte plus de 162 millions d'internautes."
(...) Entre 400 et 500 mots "sensibles" ou "tabous" sont interdits et les sites s'autocensurent pour éviter des amendes.
Cette année, le bureau d'information d'internet de Pékin a durci ses directives réparties en trois catégories: la première doit être exécutée dans les cinq minutes, la deuxième en dix minutes et la troisième dans un délai d'une demi heure, faute de quoi, l'internaute est sanctionné.
(...)
Le bureau d'information du Conseil d'Etat, tout comme le bureau d'information municipale de Pékin, organisent des cours de propagande pour "encourager de meilleures pratiques de censure et d'autocensure".



L'humanité : « Pourquoi cette envie de tout contrôler ? » 10 octobre 2007 - Sur le fonctionnement du cinéma en France

Entretien avec Hervé Bérard, qui siège à la commission de classification, pour la Société des Réalisateurs de Films :

Seules les oeuvres cinématographiques sont assujetties à un contrôle en amont de leur diffusion.
Il est exercé par une commission de classification de vingt-huit membres, présidée par Sylvie Hubac, par ailleurs conseillère d’État.
Les cinéastes ne sont dotés que de deux sièges, dont l’un est partagé avec le Syndicat de la critique, tandis qu’à lui seul le ministère de la Famille en détient quatre.
(...) Comment expliquez-vous l’interdiction aux moins de dix-huit ans appliquée à ce film ?
À quoi vous êtes-vous trouvé confronté au sein de la commission ?

Hervé Bérard : Nous avons affaire à une curieuse rhétorique.
La commission et sa présidente prétendent s’appuyer sur la loi alors que rien dans le film ne correspond au texte juridique.
Quand l’embryon part braconner ne contient ni « sexe explicite » ni « très grande violence ».
Il faut croire qu’autre chose est en oeuvre.
La discussion, qui se déroule toujours à chaud, c’est-à-dire dès la projection terminée et sans délai de réflexion, mêlait comme souvent incompétence et mauvaise foi.
Il n’y a pas de vrai débat au sein de la commission et parfois cela ressemble à des discussions de café du commerce.
Certains font état de considérations esthétiques, comme si on pouvait interdire un film parce qu’il ne vous plaît pas.
D’autres s’abritent derrière la protection de l’enfance comme s’ils ignoraient qu’existent d’une part un langage cinématographique qui s’adresse aux enfants et d’autre part des films ou des expositions qu’ils n’auraient pas idée d’aller voir.
Surtout, des membres de la commission ne considèrent pas les films comme des oeuvres et s’arrêtent sur une ou plusieurs images, sorties de leur contexte artistique.
Les arguments des censeurs sont les mêmes depuis toujours.
Le principe est de s’abattre sur un film, plus ou moins au hasard, pour provoquer de l’autocensure, faire peur aux créateurs.
...
Un entretien, noté "réalisé par D. W."

12 10 2007 - Espagne
“Reporters sans frontières dénonce les pressions exercées sur les professionnels des médias dans différentes affaires d’injures à la couronne.
Il est urgent de dépénaliser ces dispositions qui nuisent à la liberté d’expression.
La protection des sources des journalistes doit également être renforcée”
déclarent RSF.

Le 28 septembre, le juge Fernando Grande-Marlaska a ordonné au photographe Jordi Ribot, qui avait couvert la manifestation, de remettre ses clichés à la justice afin d’aider à l’identification des participants.
Le photographe, qui avait initialement refusé, soulignant qu’il ne travaillait pas pour la police, a finalement obtempéré, face à la menace de se voir poursuivi pour “désobéissance grave à l’autorité judiciaire” (article 556 du code de procédure pénale).
Il aurait alors encouru une peine de six mois à un an de prison.

Le 17 septembre, trois journalistes et collaborateurs des médias basques Deia et Gara, Josetxu Rodriguez, Javier Ripa et Nicola Lococo ont comparu devant la justice pour “injures au roi”.
Les deux premiers sont les auteurs d’une photocomposition publiée en décembre 2006 dans le supplément du quotidien Deia, Caduca hoy, représentant le roi Juan Carlos en train de chasser un ours drogué afin d’en faciliter la prise.
L’illustration a été utilisée pour illustrer un article de Nicola Lococo publié dans le quotidien Gara.
Les poursuites ont été engagées par le procureur Javier Zaragoza.
Celui-ci a estimé que ce montage et l’article “portaient atteinte à la dignité et à l’honneur du chef de l’Etat”.
Les journalistes ont dénoncé une tentative de contraindre les médias à l’autocensure.
Ils risquent de 6 à 24 mois de prison en vertu des articles 490 et 491 du code pénal.


L'EXPRESS - 25 septembre 2007 - Education - Classes prépas : doivent mieux faire
Deux sénateurs livrent leurs conclusions sur la composition sociale des classes préparatoires aux grandes écoles.
Bilan: la mixité sociale y a pris du retard.
Pour lutter contre ce que les deux sénateurs nomment « un phénomène d'autocensure très puissant », qui induit que certains jeunes, malgré de très bons résultats scolaires, « ont le sentiment de vivre dans un monde bien étranger à celui des classes préparatoires et des grandes écoles avec ses propres codes (comportementaux, vestimentaires) et parfois son propre langage », des actions ont été mises en place.

Il faudrait pouvoir lire les journaux, yeux fermés. Ou alors sauter certains passages, les gommer, les rogner, en regardant sur le côté. Bref, censurer avec subtilité, pour ne mécontenter ni les puissants du moment, ni nos propres dirigeants.
Ivan Levaï, le kiosque sa Revue de presse sur France Inter le Dimanche 23 septembre 2007


Thaïlande : les droits de l'homme ont reculé, selon Human Rights Watch (HRW).
"l'autocensure règne au sein des rédactions", estime Monsieur Brad Adams, directeur pour l'Asie de HRW.


"Je n'ai pas le souvenir de m'être auto-censuré dans Charlie Hebdo", Philippe Val (belle parole... mais il n'a pas parlé du CD SARKOZY !... voir dossier)

Dossier AUTOCENSURE :

citations sur les censures